jeudi 1 décembre 2016

Tout passe, Tout casse

Tout passe, tout casse
la mort, alité
poursuis ton chemin, petit homme
vers cette route où tu crèves de vouloir exister
n'oublie pas de faire chavirer tes comparses
sur ces chemins, de travers
l'important est la ligne droite, la fin est dans les crevasses
tu vas et tu viens
avec cet air, trop loin
cet océan où tu pisses ton existence
comme d'autres crachent sur des tombes
plus rien ne compte, juste tu comptes les poings
que tu ramasses pour la belle
où tu te figures si bien placé
un sentiment, où tu retourneras ta veste
ta crasse de vie, à l'injustice
aux invectives, aux doctrines et aux choix
saigne de vouloir être
après vouloir avoir vécu
saigne, petit Homme
juge toi
et tombe dans cette fosse aux lois
des lignes et des lignes à ne plus souffrir
pour ne s'offrir que la crainte du jour qui se lève
encore une fois

tout passe, tout casse
la mort, alité
la mort sera ton alliée

mercredi 23 novembre 2016

Fenêtre, voir et être vu

Par la fenêtre
au seuil des possibles
mon regard vitreux tarde à se porter
au-delà des ombres qui s'agitent
sur ce territoire d'en dehors
les silhouettes informes
ont quelque chose de rassurant
évitant de croiser l'iris et mes pensées
qui se dévoilent au travers de
cette enveloppe de verre
par de-là laquelle je me terre
rassuré par le quotidien
de mon bazar sans merveille
où le temps qui passe et presse
me conjugue au présent et me convie
à l'avenir de passer le pas, le presser
par delà les ombres et les craintes
pour briser le mythe, derrière le miroir
se découvrent les gens et leurs heures
là où pantoufle de verre et contes
n'ont plus de prise
seulement eux
et toi.

jeudi 10 novembre 2016

je te retrouverai un soir

Je te retrouverai
un soir
un peu paumée, un grain
égarée
je te connais
si bien
tu ne sauras me
l'expliquer
je suis le garçon
d'à côté
celui qui marchait,
effacé
sur les chemins que tu empruntais
là-bas
je suis sur la ligne,
fine
souvent un peu trop à la
limite
je le reconnais
parfois
je suis celui qui
traînais
sur les photos, sur les secrets
de toi
une épaule un peu gauche
présente
pas prêt à prendre des droites
de toi
on partait dans les étoiles, les
histoires
au cinquième étage, dans les gares
parfois
je m'imaginais des ombrages
des caresses
des souffles à l'oreille, en touchant
tes doigts
tu me répondais dans ton décor
un sourire
c'était délicat, cela m'effondrait
dans tes yeux, j'étais celui, non lui,
las
je te connaissais pourtant, si mieux
mieux
et tu valsais autour de moi
de moi
alors j'ai concédé cette idée
la tangente
l'envie était de ne plus se retourner
un besoin
pour oublier cet air chaud, ces matins
calmes
et mon brouillard, mes tempêtes autour
de moi
à cette table, les passants s'agitent
et moi
le café est froid, je suis loin
de toi
et toi tu es si près, si près
de moi
je te retrouverai un soir
alors
un grain égarée, et tes yeux
comme ça

samedi 15 octobre 2016

hier sans autrefois

chaque route se doivent d'être empruntées
je n'arrêtais pas de me rappeler
tes mots sur cette bouche, essoufflés
ta présence pressait le pas
passait le pas
vers l'un de ces chemins
trop sombre pour ne pas y tomber
je ne comprenais pas ce sentiment
au fond de mes yeux se brouillaient les images
et ton visage s'estompait
je ne me rappelle déjà plus de cet âge
où tu passais dans mes rêves
oubliant cette frêle réalité
et cette ombre qui te portait
comment cela est arrivée
pourquoi cela est arrivée
du haut de mon enfance
que pouvais-je y faire
de ces frêles épaules
ce dragon noir insidieux
irradiant de son souffle
jusqu'à éteindre la fenêtre de tes yeux
que pouvais-je y faire
quels auraient été les mots
si les miens avaient pu sortir
pour m'envoler un peu avec toi
quelques secondes éloigner ce fantôme
intangible absence
pour derrière cette porte
au creux de tes bras
m'allonger et penser aux érables
aux feuilles de l'automne
emportées
pour mieux revenir
et si seulement toi
et si seulement toi
chaque route se devaient d'être empruntées
vais-je enfin me pardonner
vais-je enfin me pardonner
quand toi tu le faisais déjà
la porte s'éloigne
pas à pas
j'avance un peu plus
un peu moins fatigué qu'autrefois
ta présence n'est plus mon absence
vais-je enfin me pardonner
vais-je t'oublier
alors que tu me guides
une dernière fois

samedi 8 octobre 2016

prendre la route

Le moteur est chaud depuis longtemps
j'ai emprunté la route tôt ce matin
l'émotion en moins
l'automne en laisse
je quitte ce paysage peint
à travers cette fenêtre qui m'a accompagné
les feuilles sont un peu plus rouges
je m'en lasse de m'en apercevoir
alors qu'enfant je n'y voyais que magie
des histoires à se faire peur

la route est un peu monotone
je ne fixe que les signes de l'horizon
les regards que je pourrais croiser
ne racontent rien
la pluie s'invite, cavernicole
le son s'ébruite sur ma carcasse métallique
à défaut de but à me construire
je me barricade dans cet oubli
j'ai depuis bien longtemps
tourner le dos aux heures qui comptent
qui fleuraient les souvenirs et le miel
à l'orée des rencontres et des albums
à remplir des couleurs et de certains sourires
qui ont pu m'amener jusqu'à septembre
et la douceur des secondes immortelles
quelques notes me ramènent à cela
j'esquisse une embardée sur ce goudron
avec ce qu'il me reste de sourire
de la radio s'échappe des sensations
je laisse derrière un avant et cette belle partition
où je gesticulais entre tes bras
avec cette idée où se reflétait
au sein de ton iris et la peau de ta robe
des lettres à envoyer et un goût à recevoir
je file
je file
je file
la route avale ces derniers moments
la pluie s'est arrêtée
autant que quiconque
à faire au mieux
je file au plus loin, maintenant.

samedi 27 août 2016

les pôles

au départ de cette aventure
tu rêvais d'épaules
d'épaule et son contraire
tu envisageais de partir
loin, entre un futur fulgurant
et un brusque lendemain
et le vent souffla
le vent souffla
les braises, le soir
avaient déjà tout retiré
je ne m'en étais pas aperçu
je n'avais rien vu
de cette comète
cette comète qui est passée
au travers de tes pensées
moi, je filai droit
tout était ouaté
nos heurts rangés
nos cœurs légers
comment veux-tu
comment voulais-tu
je fus pris de court
par un froid
glaçant, poignant
en te touchant
je perdis vite pied
l'équilibre est glissant
et ta terre, immortelle
s'est perdue à jamais
je t'ai vu partir
dans cet autre Toi
et toi, toi
tu t'es lassée, là
au départ de cette aventure
tu rêvais de mon épaule
et de son contraire
je m'en souviens
souvent, en vain.

mardi 26 juillet 2016

Les lacets

Tristes routes silencieuses
Reliant le rire au pire
Comme venelles malicieuses
Tristes routes silencieuses 
Avançant toutes vers la fatale fin

Où es tu esprit mystérieux 
Qui habitait ses yeux
Et les miens
Tout est flou désormais 
Serait ce ma vue qui baisse
Ou une lente accoutumance 
A une nouvelle clairvoyance

Le paysage défile
Sous nos absences conjuguées
La vie s'enfuit tout en se construisant
Le paysage défile 
Calme escarpé paisible ou inquiétant
Et toi tu files
Tu vis au milieu des carcasses de rêves brisés
Et des illusions perdues 
Chaque pas dans ce canyon de doutes
Te grandit

Mais ces silences sur la route
Au milieu des lacets
Te hantent
Et tu n'aspires qu'à la tempête
Au bruit à la fureur
Pour qu'enfin explose
Tout ce qu'il y a
Tout au fond
De toi

Auteur : Nairolf

mercredi 22 juin 2016

colline

en tête à tête avec la brume
je sifflote dans les couloirs, un temps
un air qui trotte depuis plus de 20 ans
s'effrite et se consume
sans y paraître je me détourne
la volte-face est si aisée, souvent
je me souviens cette volonté sourde
ces hivers sur moi, si tentants
à défaut de me poser un instant
compter les poings est si léger
face à ce reflet, je me disperse tant
les lignes de fuite en pointillé
finir en beauté une journée, une année
avoir l'élégance de se mériter
je marche en lagune, si tentant
les rouleaux pulsatiles si émouvants
et je regarde le ciel, je compte les secondes
je plis sous un calme assourdissant
le courage de confirmer sous cette onde
l'ais-je, visiter l'autre versant

mardi 31 mai 2016

et si...

cette nuit
je vais vous inventer
le bonheur des yeux rougis
la location des heures
sans doute un peu trop effilées
des notes de perles
s'effarant sur la boiserie
de cette escalier
devenu trop grand
sûrement trop petit
la marche funambule
des ombres solaires
gesticulant des adverbes
qui précèdent les envies
un ciel à s'en pourfendre
des eaux à se comprendre
un humus à la peau caramel
les feuilles à souvenir
cette nuit
je vais vous inventer
la possibilité d'une île

samedi 14 mai 2016

simple passé

avant "j'étais"
cela prouvait une certaine forme
d'existence
c'est dingue quand j'y
repense
"être" semblait si doux dans mon
âtre
alors qu'une étoile qui file
fuit plus qu'elle ne brille
la poussière sans lendemain
ne s'attrape plus dans les mains
ridées, crevassées
ces jeux d'enfants
de gangsters, de mécréants
resteront ces appeaux morts
où on se drapait
quitte à risquer nos peaux
mais qui une fois disparaît
quand l'innocence devient
ce que l'adulte en fait
ce que le caniveau en fait
ce que les histoires en font
quand on s'écroule
rivé dans des espoirs
qui crèvent à l'horizon
avant "j'étais"
maintenant "je fus"

jeudi 5 mai 2016

Une

une seconde
pour oublier
l'éternité
de ces instants

une minute
à répudier
la pluie qui tombe
est belle pourtant
une heure
envolée
les images s'égrainent
chaque lettre, rouge sang
une journée
puis une autre
le ciel te regarde
tu avances lentement

samedi 30 avril 2016

Résonne

Étonnante aventure
Que ces heures d'après dîner
Comme au présent un pied de nez
En lettres d'or bleuté une écriture

Résonne, résonne petite voix

Émouvante ascension
Que cette montée des sens
Éblouissante flambée d'essence
Gravée sur ma peau couleur passion

Résonne, résonne encore en moi

Éclatante sensibilité
Que ces doigts sur mon bras glissant
Que le reflet de cette larme de sang
Au coin de nos yeux alités 

Résonne, résonne ce cri d'émoi
Résonne, résonne et reste en moi
Petite voix

Auteur : Nairolf

lundi 25 avril 2016

Je crois

nous nous aimions peu
mais nous nous aimions bien
la première fois ce fut un lundi de juin
je crois
nous nous étions allongés sur la jetée
les oiseaux nous regardèrent passer
un temps avant de se lasser
je crois
nous nous étions promis de ne rien promettre
sauf de ne pas se retourner, avant de disparaître
à se croiser, à se démêler, être à être
je crois
nous nous étions posés des secondes
un temps suspendu, une perle à la ronde
puis le présent doute, le futur gronde
je crois
nous nous étions aimés un peu
à notre manière, à la limite, heureux
la dernière fois ce fut un jour, pluvieux
je crois

vendredi 22 avril 2016

un pas de deux

j'ai dealé
deux trois chemises
pour un we de charme
j'ai vécu
cent dérisoires
pour écrire en feuillet ce drame
j'ai voulu
trente glorieuses
et écraser dans le cendrier, cette larme
j'ai compris
une dizaine d'histoires
qui m'ont rire et m'effarent
j'ai imaginé
quatre cinq répliques
pour boire cette folie, affable
j'ai cru
en une éclipse
qui me rappelait cette femme
j'ai cru
en une éclipse
qui me rappelait cette femme


jeudi 14 avril 2016

Léo est là

des heures
des heures
des heures à s'écouler
entre les toits, futiles
aux terrasses d'un café
des heures à s'en fendre les idées
à ne plus pouvoir lire
les lignes, et cette couleur
charnelle, émaillée
des heures
des heures
des heures à s'écrouler
à tendre, invisible, nos digitales
et ces feuilles blanchies, écrasées
par l'immensité de nos vacuités
des heures
des heures
des heures à s'enrouler
ophidien chimérique convoqué
par nos actes, nos vies à en crever
à faire semblant, déambuler
persifler ces mots, morsures
au venin de ton sang émacié
des heures
des heures
ds heures à s'octroyer
pour ces hypocrisies, ces habitudes mal léchées
ces convenances à dégueuler en Haute Société
à coup de bonsoir, de sourires émaciées
de pactes, de fondations, de mains serrées
au souvenir, au promis, au juré
que l'on crache à ton nom nommé
des heures
des heures
des heures à égrainer
aux quatre vents, à l'éternité
à cette glace que je voudrais briser
à cette face qu'il aurait fallu aimer
fleurissant au mal de ce verbe conté
oiseau-plume à la berge échouée
des heures
des heures
des heures à seconder

lundi 28 mars 2016

Corps et âme

Complices de tes rêves
Les questions s'amoncellent sur le seuil
Autant de points de suspension et...
A l'abri des regards
Tu prends une feuille
Tu la décalques sur ton visage
Tu y graves tes limites et tes peurs
Et tes absences intérieures

De tes absences à tes silences
Il n'y a que ce fleuve sans fin
Aux rives parallèles, inséparables
Si lointaines pourtant
Tu te promènes sur la berge
A la recherche de ce pont
A l'affût de cet improbable esquif
Pour t'engouffrer dans cette brèche de vie

Sur la brèche oui, mais en vie
Les idées les plus folles en toile de fond
Tu vibres d'oser un jour
Te mettre à nu sans aucun détour
Changer tout
D'horizon, de pays, de sexe
Arrêter de souffrir de ces questions
Dans le miroir

Auteur : Nairolf

samedi 19 mars 2016

écrire, dire...d'une histoire

Et de nous deux que dire
sinon qu'écrire
n'est que lutter
sinon de vouloir dire

à nos ombres, ses tristes réalités
à la plume qui dicte mes noirs desseins
couvrir les tiens n'est que le mausolée
une histoire, parmi d'autres sinon pire

et de nous deux quoi écrire
sinon dire
que lutter n'est
que vouloir sinon dire

à demi-mot au bal perdu
de nos souvenirs crus
sur des chemins que même nos errements
n'osent estimer le tangible
d'une réalité devenus mots isolés

d'une histoire, parmi d'autres
sinon pire

jeudi 14 janvier 2016

De toi à moi

De tes reflets merveilleux
Tu vides mes yeux
De leurs silences
De leurs absences
Tu vides mes yeux

De tes gestes doux mesurés 
Tu vis le long de mes bras effleurés
Et survivent les rêves
Au gré de ces jours de trêves
Le long de mes bras effleurés

De tes manières audacieuses
Tu enflammes mes ombres capricieuses
Et là dans l'ombre
Naissent en nombre
Nos larmes précieuses

De tes mots sensibles
Tu flirtes avec l'inaccessible
Quand je cueille l'edelweiss
Pour la glisser sur les traces
De nos cimes inaccessibles

De tout ce que tu es
Tu laisses l'autre me tuer
Pour ne m'aimer pas assez fort
Pour réveiller ce qui dort
Laisse l'autre me tuer

Auteur : Nairolf

lundi 28 décembre 2015

Instants

Inattendu 
Intense 
Hors du temps
Ouverture sur un autre monde 
Croisement de nos routes 
Frôlement de nos mains ébahies
De nos rêves de grandeur
De nos délicatesses

Terrible
Incontrôlable
Tonnerre sur nos têtes
Mots trop hauts ou trop bas
Incompréhensions
Écoute plus forte que tout 
Compréhensions
Traces qui restent
Forces et faiblesses

Magique
Regards d'ailleurs
Gestes imperceptibles
Histoire naissante
Puissance à peine découverte
Réactions nouvelles
Vérité des sens
Des âmes
Des cœurs 

Prévisible
Bout du tunnel
À toute allure
Vie qui continue
Questions insolubles
Solutions à points d'interrogation
Et toujours les rêves
Puis la réalité
Ou serait ce la raison

Fort
Plus que tout
Loin des projecteurs 
Le réel besoin
Le plus important
Insubmersible relation 
Communion des êtres
En contact
Toujours
Et avant tout

Triste
Mélancolique
Ou même colère
Dans les moments de doute
Quand s'efface la route
Quand tout rime
Avec tout fout l'camp
Envie d'en finir
De fermer les yeux

Espoir
Image de mon être intérieur
Entier
Retrouvé
Noyé dans sa cohérence
Animé de vie sans limite
Sourires et rires partagés
Liberté de ton
Liberté de tout
Horizon zébré d'inconnu 

Auteur : Nairolf

dimanche 22 novembre 2015

Du jeu à la vie

Tout là haut dans les jeux, je me sens comme un roi
Descendre à toute allure, en aurais-je le droit ?
Je pense je pense je pense mais je fais attention
Car face au danger vivre est ma mission

Là-bas à travers les vitres je vois toute ma ville
Dois-je m'y perdre maintenant ou rester immobile
La fumée des usines forme un nuage et me fait rêver 
Me voilà allongé au milieu d'un névé

Tout à coup je glisse dans le plus grand toboggan
Celui qui mène ailleurs celui que j'aime tant
Au milieu des balles multicolores je me noie
Juste pour rire et vivre dans la joie

Éhtomit et Nairolf

dimanche 8 novembre 2015

L'âme au vague

Tu oublies les traces de tes pas
Tu ne vois que ceux qui tremblent d'exister
Ces flèches invisibles qui viennent
Ces fantômes de vie qui tiennent 
En haleine toutes tes secondes
Comme autant de promesses fécondes

Tu oublies qu'il n'y a pas que toi
Sous les auspices de ta loi
Tu te noies dans ces quelques vers
Mais l'ivresse est réelle 
Le monde est beau la tête à l'envers
Tu t'y plonges pour ne surtout pas respirer

Tu vogues dans ces interstices 
L'âme au bord d'un précipice
Les yeux fermés les rames tendues
Et tu te trouves toi même
Quand d'autres se croiraient perdus
Au milieu de ce chaos d'émotions sublimes

Tu longes ton histoire
Tu lui inventes des fuites
Aux allures de grand huit
Tu essuies sans trop y croire
Des gouttes de sang sur ton armure
Et tu pars dans un murmure

Auteur : Nairolf